Pêche, Chasse, et Tir à l'Arc

Forum de matériel de pêche, discution sur toute les technique et tous les matériel de pêche Achat et vente de matériel
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Carnassiers combatifs.

Aller en bas 
AuteurMessage
KIM DU 22
PROF
PROF
avatar

Nombre de messages : 79
Age : 68
Localisation : Saint- Brieuc
Date d'inscription : 30/10/2007

MessageSujet: Carnassiers combatifs.   Dim 16 Déc - 18:14

Salut à vous,

LES CARNASSIERS COMBATIIFS.

Comme depuis longtemps, la pêche des carnassiers à la mouche, demeura longtemps pratiquée uniquement durant la fermeture annuelle de la pêche en première catégorie.
Pour s'amuser, pour se faire la main, pour éviter de la perdre, on rencontrait de temps à autre ces "extra-pêcheurs" qui faisaient sourire.

*Les vibrations émises par une mouche à brochet sont certes d'amplitude faible mais leur variété les rend efficaces.
La chasse du black-bass à vue est un sport qui demande une approche discrète, des nerfs solides et une patience à toute épreuve.
La perche, en fin d'été chasse inlassablement les alevins et attaque des mouches qui imitent ceux-ci.
Le sandre gratifie d'un coup de dents un ensemble de plumes dissimulant
traîtreusement un hameçon bien piquant.
Même le silure, durant les belles journées d'été, dans les eaux peu profondes regorgeant d'alevins, vient faire le coup du soir.

*Le brochet au grand bec.

Sur une canne de 9 à 10 pieds prévue pour une soie N° 9 ou 10 d'action de pointe, équipée d'un talon de combat est installé un moulinet contenant 20 mètres de backing tressé.
Les spécialistes possèdent des bobines garnies de soies de poids différents
afin de pêcher à fond, entre deux eaux ou en surface.
Le bas de ligne est réalisé en nylon de fort diamètre (60 à 30/100, avec une pointe en fil d'acier, longue de 50 centimètrs, terminée par une agrafe pour accrocher la mouche.
Des mouches de 5 à 15 centimètres de long (hameçons N° 2/0 à 6/0 à tige longue), de couleurs très variables, sont réalisées dans des matériaux les plus divers: plumes de marabout de toutes couleurs, tinsel argenté ou doré, herls de paon, poils de chevreuil, hackles de coq, languette de peau de lapin, etc.
Les mouches flottantes sont contruites à partir d'une tête légère, en mousse ou en balsa, les modèles coulants s'apparentent à des streamers de très forte taille.

Pour atteindre des points éloignés, la double traction s'impose.
L'animation débute lorsque la mouche touche l'eau si l'on pêche en surface.
En revanche, pour la faire évoluer plus profondément, il convient d'attendre que la soie descende à la profondeur désirée.
La récupération s'effectue canne basse, la pointe du scion au ras de l'eau, dans le prolongement de la soie.
Le pêcheur alterne des tirées variées, interrompues par des temps d'arrêt
Chaque poste est prospecté à des vitesses et à des profondeurs différentes, sous des angles variés.
Toute tension anormale dans le fil, tout déplacement, toute sensation de lourdeur doit être suivie d'un ferrage immédiat: une tirée sèche sur la soie
Une fois piqué, le poisson est travaillé canne haute, à l'aide du moulinet.

*La belle zébrée.

La perche se pêche avec une canne de 9 pieds à action de pointe, une soie N° 5 ou 6 à fuseau décalé (WF), flottante ou à pointe plongeante semble idoine pour l'emploi de leurre de taille importante et pour des lancers longs et précis.
Le plus souvent la pêche se fait avec 3 mouches, la première en pointe, la deuxième se situe à 50 centimètres et la troisième 50 centimètres encore plus haut.
Elles sont montées sur des potences longues de 5 centimètres.
La gamme des mouches est très large.
Elles sont montées sur hameçons N° 6 à 10 et avec les matériaux les plus divers: languette de peau de lapin, tinsel, flashabou, tinflask, bucktail etc.
Tout ce qui brille attire la perche comme le rouge.

L'animation (tirées d'amplitude) et de vitesse différentes, entrecoupées de temps d'arrêt, relâchés, saccades, tremblements sur place) est totalement irrégulière et imprévisible, totalement dépourvue de monotonie.

*L'énigmatique sandre.

Le sandre se recherche avec une canne de 9 pieds, une soie 9 ou 10 pointes plongeante, raccordée à un backing de 30 mètres.
Le bas de ligne en nylon a une longueur de 50 centimètres et un diamètre de 40 à 50/100.
Le volume des mouches paraît très important à sec.
Dans l'eau, les plumes ébourrifées s'allongent et l'ampleur du montage se réduit.
Les meilleurs modèles associent plusieurs matériaux qui provoquent des vibrations variées et améliorent l'aspect visuel.
Les matériaux représentent un ensemble de couleurs différentes mais complémentaires: blanc, jaune, noir, etc.
La taille moyenne est d'une dizaine de centimètres, mais il n'est pas inutile de posséder quelques modèles plus gros.
La tête flottante réalisée en balsa, polyuréthane ou en polystyrène est décorée par des points imitant les yeux ce qui crée un signal supplémentaire.
Un anti-herbe évite bien des accrocs.

*En rivière les lancers se font vers l'aval, la pêche en bateau est bien plus aisée.
L'animation débute lorsque la pointe plongeante atteint le fond.
Elle s'effectue canne basse, le fouet dans le prolongement de la soie.
Les tirées successives et irrégulières entrecoupées d'arrêts de 1 à 2 secondes de sucèdent les unes aux autres.
La mouche évolue en général à 30 centimètres du fond et s'en rapproche à chaque tirée.
Le ferrage est réalisé à la main, par une tirée sèche, sans aucun mouvement de la canne.
Il déplace peu la mouche et si le poisson n'est pas piqué, une seconde attaque peut se produire, l'accélération apparaissant comme un mouvement d'animation parmi d'autres.

*Le silure pour l'émotion.

Généralement on pêche le silure avec le même matériel que le sandre.
Les deux évoluent en effet sur le fond et occupent des postes assez voisins: zones profondes, fosses, perrés.
Il n'est pas rare de piquer un silure en cherchant le sandre et vice-versa.
Avec cette technique, il est très difficile de mettre au sec des poissons dépassant le mètre et une dizaine de kilos.
Une canne de 9 pieds et forte est l'outil adapté.
Elle possède un talon prolongé pour une meilleure prise en main et pour pouvoir si nécessaire "pomper" le poisson.
Une soie un peu plus lourde (12) avec pointe plongeante est raccordée à un backing beaucoup plus long (150 à 200 m)
Dans ce cas le moulinet est forcément plus volumineux et puissant.
Long d'environ 1,5 mètre, le bas de ligne est réalisé en nylon de fort diamètre 50 à 60/100 ou en tresse de 50 livres.
Les mouches à silure sont les plus grandes qui existent sur le marché, elles atteignent parfois 20 centimètres sur un hameçon 6/0.
La couleur est moins importante que le volume du leurre.
La mouche est composée de matériaux divers qui élargissent la gamme de vibration.
Avant l'emploi, on les imprègne parfois d'un "attractant".
L'animation est celle réalisée pour le sandre.
ATTENTION à ne pas endommager DEFINITIVEMENT votre matériel car la casse est fréquente avec ces poissons à la défense lourde et puissante.

*Le cousin américain.

Pour pêcher le black-bass, choisissez également une canne de 9 pieds et une soie N° 8 ou 9 au fuseau décalé (WF), flottante.
Le bas de ligne en queue de rat, long de 2,5 à 3 mètres se termine par une pointe en 20 à 24/100.
Deux sortes de mouches peuvent être employées: les poppers et les streamers.
Selon la forme de leur tête, on distingue les poppers (tête concave, légèrement creuse qui à chaque tirée produit un (pop", les sliders (tête conique, à caque tirée il glisse sur l'eau en laissant derrière lui un long sillage) et les "divers" (tête en biseau qui plonge à chaque accélération)
Dans tous les cas, ses mouches se composent d'un tête, le plus souvent en balsa, d'un hameçon simple et de différents abillages (plumes, lannières etc).
Il existe des centaines de streamers qui imitent d'une façon plus ou moins réaliste, tous les animaux qui passent toute ou partie de leur vie dans le milieu aquatique.
L'animation débute 15 à 20 secondes après le posé.
Le redoutable "stop and go" consiste en une alternance de courtes tirées et de temps d'arrêt (20 secondes)
L'attaque intervient le plus souvent durant les arrêts.
Pour rendre le popper encore plus attractif et"vivant" imprimez-lui de petits tremblements sur place, réalisez des glissades, etc.
Bref : innovez ! Avec le streamer, l'action est nettement plus soutenue, avec un enchaînement de tirées d'amplitudes différentes, quasiment sans temps d'arrêt.

voilà, bonne continuation !

kim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Carnassiers combatifs.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [carnassiers] Le sandre au posé
» Transition été/automne : comment se comportent les carnassiers ?
» 05/12/09 JOURNEE PECHE AU CARNASSIERS LE TEIL 07
» [carnassiers] La pêche du silure depuis le bord : les bases
» Utilisation d'attractant et de pain pour carnassiers

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pêche, Chasse, et Tir à l'Arc :: Les différentes techniques de pêches :: La pêche à la mouche-
Sauter vers: